Vient de paraître

TessVignRectoCécile Delalandre, Tess et Raoul, précédé de Breuilles

Ne lisez pas Tess et Raoul. Jamais. Ça vous ferait trop mal. C’est un poison violent. Parce que, forcément, vous vous diriez : « C’est comme ça que je veux être aimé ! » Et ça vous rendrait fou. À hurler. À la lune. Née de l’oreille de Rabelais, des suites de la rencontre fortuite sur une table de dissection de Kafka avec Lautréamont, fiancée d’un pirate nommé Boris Vian, Cécile Delalandre vous enroulera dans sa langue aussi sûrement qu’une lame de fonds qui charrie toutes les tripes du monde. À consommer sans modération comme un single de 18 ans au fond d’un rade enfumé.

PinnaRect

Une œuvre originale de Gilbert Pinna, Tess et Raoul, 2015 (encre de chine, lavis) orne l’ouvrage en frontispice.

9791092622133, Collection Bleu Soleil, 112 pages, 14 €

POUR COMMANDER CE LIVRE, C’EST ICI

CécileTess

Vient de paraître

Lacy3JACQUES PERRY PUBLIE AUX ÉDITIONS LE BATEAU IVRE SON NOUVEAU ROMAN  » L’ENCHÊNÉ  »

Récompensé par plusieurs grands prix littéraires, dont le Prix Renaudot en 1952 pour L’amour de rien (Julliard), le Prix des libraires en 1966 pour Vie d’un païen (Robert Laffont, réédité au Bateau ivre) et le Prix du Livre Inter en 1976 pour La Ravenala ou l’Arbre du voyageur (Albin-Michel), Jacques Perry est l’auteur de 32 romans, 3 pièces de théâtre et de nombreuses pièces radiophoniques, diffusées sur France-Culture et France-Inter. A 93 ans, Jacques Perry signe là son 33e roman.

L’ENCHÊNÉ, c’est l’histoire d’un sculpteur déprimé qui au cœur d’une forêt, se jette avec sa voiture contre un grand chêne qu’il admire depuis toujours. De l’épave on retire son cadavre mais son âme et son cerveau demeurent dans l’arbre. Sa femme et ses enfants viennent se recueillir devant le chêne où il vit sa vie invisible. Son temps est désormais celui du chêne. Au cours des années, sa famille disparaît. Il demeure l’Enchêné.

Extrait :
« Je me souviens de tout : je connaissais le Chêne, je tournais autour de lui depuis toujours, je comptais ses treize gros départs de racines là où elles s’écartent du fût avant de pénétrer dans la terre. Les trois que j’ai blessées font face à la route forestière où j’ai pris mon élan, pied droit à fond sur l’accélérateur, je n’ai pas entendu le choc. Je… c’est quoi je ? moi émis recueilli conservé, une conserve d’ondes sensibles à la sève accueillante ?
Je ne sais combien d’heures de minutes de secondes je suis resté suspendu entre moi et rien dans ce tissu ni hostile ni amical. Je ne souffre pas de l’ancien corps écrasé, de ma tête sanglante incrustée de verre, je suis coupé de mon corps, pas encore de ma vie antérieure. Mon cerveau est mort et revit dans l’arbre ; sa sève est mon sang.
C’est ma nouvelle nature. Circulons. »

Avec un dessin de Bertrand Lacy
Collection Vert Nuit, 176 pages, 16 €